Aventures Nouvelle-France
Demandez un devis
Appels gratuits

France 0 800 91 21 91

Belgique 0 800 761 21

Suisse 0 800 561 731

International +1 514 800 1152

Comment avoir l'accent québecois ou accent canadien

 Culture et tradition du Québec 

francais quebecois

31Déc2010

A la lecture de vos nombreuses demandes pour en savoir plus sur notre langue du Québec, voici donc un examen à la loupe des principales particularités !

franbec

Le Tutoiement

Il est sans nul doute que le tutoiement interpelle toujours le Français de France lorsqu’il vient nous visiter. Ici, en effet, on emploie très facilement le pronom de la 2e personne du singulier tu de façon fréquente.

Son usage est décrit comme le calque de l’usage anglophone de you.  Les gens l’utilisent dans le cas d’une invitation à un rapprochement ou dans  le souhait d’établir une communication amicale. De nos jours, un mouvement essaie de réintroduire le vous respectueux dans le milieu de l’éducation et dans le milieu des affaires. On demande dans les écoles d’appeler Mr ou Mme les enseignants. La tendance est donc d’instaurer une distance, un certain respect…

Les anglicismes

Ils sont de différentes natures.

Nous avons :

les anglicismes intégraux qui reprennent à la lettre le sens d’un mot anglais tel…

ex: Un chum =   un petit ami

Les anglicismes hybrides qui ajoutent un élément français tant dans leur prononciation que dans leur formation .

ex : checker =  vérifier, regarder

La tendance actuelle est à la traduction littérale d’un mot ou d’une expression anglaise pour créer son équivalent en français. Nous enrichissons alors notre langue.

Nous magasinons au lieu de nous faisons du shopping, nous avons des fins de semaine et non des week ends. Enfin, sur nos panneaux routiers, le mot arrêt est inscrit et non stop .

Blasphémes

Nous ne pouvons parler de langue sans parler des blasphémes. Les jurons les plus prééminents sont des termes empruntés à l’église catholique, et sont communément appelés sacrés. On a recensé plus de 900 sacres au Québec dont 90 originels…..

Cette particularité de blasphèmes est historique et provient d’une frustration et d’une grande rébellion sociale et transparente vis-à-vis de l’église catholique. Il y a des décennies de là, l’église catholique avait un grand pouvoir et une grande autorité dans le pays !

Je vous exhorterai à beaucoup de prudence dans l’emploi des termes blasphématoires !  Il faut savoir qu’un même terme de nos jours  peut être autant utilisé dans un contexte de mécontentement, de colére que dans une situation de joie, de surprise !

Exemple : Hostie, que c’est beau

Ou Il a un hostie de caractére !

A ce propos, je vous laisse écouter un de nos humoristes québecois Etienne Langevin dans son sketch sur le Québec qui explique bien mieux que moi dans l’humour,  la particularité et l’originalité de nos blasphémes,…..!  Moment de détente garanti !

Références historiques

La Nouvelle France remonte à  plus de 400 ans.

En orientation, la direction des eaux du St Laurent est la référence. Il est d’usage de dire“je descends vers…..( une ville)“  si celle-ci se trouve plus à l’est, donc en aval du point de localisation de la personne . Exemple….  je descends à Québec (si je me trouve sur Montréal).

L’orientation selon les points cardinaux est utilisée dans les situations locales où aucune riviére ne peut être utilisée comme point de repére. De ce fait,  , ‘je monte au Nord ’ dans les Laurentides (si je me trouve sur Montréal)

De nombreux termes sont aussi empruntés à différents milieux :

Celui de la navigation tels embarquer, débarquer, tomber !

Celui de la vie en forêt tels se tirer une bûche = inviter quelqu’un à s’asseoir

Celui de la vie rurale tels barrer une porte = fermer une porte en référence à la barre des portes de grange

Des expressions québécoises sont aussi basées sur les relations avec les autochtones d’où l’origine du mot quebec ou montreal

D’autres expressions encore sont basées sur la situation et la géographie du Québec en plus d’intégrer des images poétiques

Il tombe des pattes de lapin =         il neige

Il tombe des pattes de liévre =         il neige de grand flocons plats

 

Le suffixe eux apporte souvent un caractére plutôt péjoratif

Un têteux, un niaiseux, un obstineux, un poteux…..

Il en est de même pour le suffixe age(action de…) tels le niaisage…

 

Des termes pure invention québécoises tels le banc de neige, le dépanneur, le magasinage, le débosseleur…..

 

Certains mots peuvent aussi avoir des sens différents.On pourrait les qualifier de faux amis tels : Une job au Québec qui n’a rien à voir avec un job en France.

 

Le ne négatif est souvent absent du français Québecois.

Y faut pas faire ça au lieu de        il ne faut pas faire cela

La féminisation de noms de fonctions tels professeure, auteure, docteure. La Belgique, la Suisse , la France tentent de suivre l’exemple du Québec en ce domaine……

Quelques différences de structure verbale…

Telles…                      je m’asseois au lieu de         je m’assieds

Assoyez vous donc au lieu de        asseyez vous donc

Le verbe haïr conjugué devient ici ;  j’haïs au lieu de je hais

Dans le parler plus familier, vous pouvez aussi trouver …

Des contractions particulières pour la négation tels

Fais-toi z’en pas au lieu de ne t’en fais pas

 

Le verbe être à la 1e personne du singulier se rend par contraction

Chui au lieu de je suis

 

Des liaisons  originales ……

C’h’t’ un gars patient au lieu Je suis un gars patient

Ou encore

T’é t’un gars patient au lieu Tu es un gars patient

 

Aller  à la 1e personne du singulier devient

Vas au lieu de vais

 

 

Le futur simple assez souvent absent du parler familier

Il est alors remplacé par aller + infinitif

Demain, je vais aller magasiner au lieu de        Demain, j’irai faire les boutiques

M’a aller maller ma malle au lieu de        je vais aller porter mon courrier

 

Le français québecois permet de remplacer une subordination conditionnnelle en si par une construction à l’infinitif

Avoir de l’argent, je t’en donnerais au lieu de        si j’avais de l’argent, je t’en donnerais

 

La  particule  tu est souvent utilisée dans le langage familier quand on pose une question directe

Le tu tient alors rôle d’adverbe d’interrogation ou d’exclamation.  C’est en fait un dérivé du ti particule interrogative du langage populaire en France

C’est tu loin au lieu de Est-ce loin

Tu vas-tu bien au lieu de Vas-tu bien

C’est tu pas possible ! au lieu de Ce n’est pas possible !

 

Apparition :

du   pis

Le pis dérivé de puis remplace généralement le et

J’m’en vas demain avec Laurent pis Xavier

Du   là

L’utilisation du là   ponctue souvent la fin de la phrase ou bien s’ajoute après un mot

C’est quoi c’t affaire là

 

La préposition à   est utitlisée dans divers cas

dans un contexte possessif tels la voiture à Jacques

ou bien aussi pour éviter la préposition ce. On dira alors      à soir au lieu de ce soir

On peut aussi entendre asteure au lieu de à cette heure

 

Les pronoms

a est utilisé à la place de    elle

y est utilisé à la place de    il ou ils ou elles

A m`énarve       au lieu de          Elle m’énerve

Y sont fous        au lieu de          Ils sont fous

É est une contraction de elle est        É folle

 

On dit souvent aussi

Chez eux          au lieu de          chez lui ou chez elle

Chez nous         au lieu de          chez moi

Chez vous         au lieu de          chez toi

Nous est souvent remplacé par   on on va souper      au lieu de          nous allons souper

 

On omet aussi souvent le sujet avec le verbe être

Sont belles au lieu de        Elles sont belles

 

On peut aussi supprimer le sujet avec certains verbes impersonnels tels

Y faut pas au lieu de Il ne faut pas

Y manque pas personne au lieu de il ne manque personne

 

Enfin, dans le français québecois, une façon inusitée de poser des questions à la négative et une réponse avec le si qui réfute totalement la question …..

T’as pas faim    Oui, j’ai faim au lieu de        As-tu faim   Mais oui, j’ai faim

 

Nous terminons ici notre examen à la loupe de notre français québecois. Celles et ceux qui vont donc venir dans notre beau pays seront ainsi plus à même de comprendre nos expressions ! Votre immersion sera donc facilitée ! Tel est notre but : vous faire découvrir notre Québec et peut être vous le faire aimer !

Publié par François Cantin le 31/12/2010  |  Culture et tradition du Québec  | 

Écrivez votre propre commentaire

Liste des commentaires

seulement y ajouter dans ton mot Asteure: veut dire maintenant mais pour l'heure on dit asteure là

de Marina le 08-10-2013

très intéressant! j'ai appris plein de choses...

de gwendoline le 27-01-2011

Articles qui pourraient vous intéresser
Lexique de l'hiver québécois
expression quebec en hiver
Pourboires au Canada et pourboires au Québec
pourboire canada quebec
Expression de la Gaspésie
expression de la gaspesie
Bâtiment et habitation du Québec en photo
batiment quebec

L'avis des voyageurs

9.6

note de 0 à 10 donnée
par les voyageurs

379

voyageurs ont donné
leur avis

Une très beau raid sur mesure combinant pistes et hors pistes

Une très belle expérience grâce à ce raid mixte qui nous a permis de sillonner cette merveilleuse région des Laurentides et de nous initier au véritable hors pistes dans des conditions d'enneigement privilégiées.Excellent choix des motoneiges Ski Doo 600 CC Backcountry qui allient puissance, confort, légèreté et précision.En dehors de l'auberge du lac taureaux qui est impersonnelle et constitue une véritable usine à motoneigistes ( mais apparement c'est un point de départ obligé ...), les choix d'auberges et de pourvoiries ont été pertinent.Nous avons tout particulièrement apprécié les Cent Lacs pour son côté intimiste et les sentiment d'être au bout du monde ainsi que le Rabaska pour son confort, sa convivialité et la gentillesse de son propriétaire Martin. Sans oublier Couleur de France pour son côté cosy, son équipe sympathique et Momo l'excellent cuisinier libanais.Enfin, un grand merci à Martin notre guide pour sa gentillesse, sa sympathie et son efficacité . Et en plus nous lui avons appris à parler le marseillais !!!Le seil bémol concerne l'acheminement en car de l'aéroport de Montréal jusqu'à l'auberge du Lac Taureau ainsi que le retour. Nous avons d'ailleurs préfèré payer un transfert privé pour le retour.

de

 

Un raid magique...

Une semaine parfaite sur les pistes du Canada entre amis. Notre guide Jean-René est quelqu'un de super.! iI connaît énormément de choses et histoires à raconter. Bref notre raid, s'est très bien passé. les hotels sont très bien. Et que dire de l'accueil des canadiens... Merci pour tout. Nous reviendrons, c'est obligé. ps: je recommanderai des tenues avec des coques, car nous avons un ami qui a fait une sortie de piste et malheureusement il a bien mangé!!

de

 

Super expérience

Tout est parfait . Gilles est un guide hors pair. Deux suggestions: une bouteille d eau dans les bus aller et retour de l aéroport serait bienvenue. Pas toujours d infos disponibles à l avance sur les transferts entre activités ( quand on passe de la motoneige au traîneau à chiens par exemple .Merci

de

 

Trés bon avis général,

Trés bon avis général, point a améliorer acceuil aéroport. Le chauffeur qui ne trouvait pas l'hôtel, qui a fait demi tour plusieure fois. Les repas du midi, moyen. Et les casques, visière abimés, et vêtements usagés, troués. Par contre tout le reste était très bien herbergement, notre guide Martin, pro, conviviale, disponible... Très bon séjour. Je recommanderais votre organisme

de

 

Semaine formidable !

Un circuit fabuleux, des conditions météo parfaites et une excellente prise en charge. Nous garderons un excellent souvenir, avec des aventures, juste ce qu'il faut pour que cela reste de bons souvenirs, Merci à tous!

de

 
Voir plus d'avis